Quelles sont les questions fréquemment posées en matière de construction ?

Quelles sont les questions fréquemment posées en matière de construction ?

Les acteurs dans le domaine du bâtiment reçoivent régulièrement des appels de personnes qui ne comprennent pas bien les questions de construction et de rénovation. Nous avons pris les questions les plus fréquemment posées et les mettons aujourd’hui à votre disposition.

Quelle est la signification de la garantie de parfait achèvement ?

Le parfait achèvement est l’étape où les travaux ont été achevés conformément au contrat. La plupart des contrats définissent le sens du parfait achèvement et, dans certaines régions, il existe une signification légale à laquelle les contrats de construction doivent se conformer.

En règle générale, le parfait achèvement signifie que les travaux sont achevés conformément à toutes les exigences réglementaires pertinentes (à l’exception de défauts mineurs ou d’omissions mineures) et qu’ils conviennent raisonnablement à l’habitation. Les éclats de peinture ou les poignées de porte d’armoire manquantes peuvent être des exemples de défauts mineurs ou d’omissions.

Il est important de se rendre compte que le parfait achèvement et le transfert ne se font pas nécessairement à un même moment donné. Le constructeur appellera au parfait achèvement et fixera la date de la remise à plus tard pour que le propriétaire ait l’occasion d’inspecter les travaux et d’enregistrer les défauts.

Que puis-je faire si le constructeur dépasse le temps imparti ?

Que faire lorsque le constructeur n’arrive pas à atteindre le parfait achèvement à la fin de la période de construction ?

Cela dépend du contrat. Certains contrats définissent les dommages-intérêts libératoires en cas d’achèvement tardif et d’autres non. La date d’achèvement convenue peut être prolongée si le constructeur réclame des prolongations de délai admissibles conformément au contrat. Le temps pluvieux, le blocage des matériaux, les variations des travaux et les litiges sont autant de raisons réelles de prolonger la durée de la construction.

Certains contrats donnent au propriétaire le droit d’exiger du constructeur qu’il donne sa meilleure estimation de l’achèvement des travaux. Lorsque les parties conviennent que l’immeuble est construit pendant la période de construction, le propriétaire peut avoir droit à des dommages-intérêts forfaitaires s’il est défini dans le contrat. Les propriétaires devraient communiquer avec leur avocat si des dommages-intérêts n’ont pas été convenus.

Que puis-je faire si le constructeur n’entreprend pas les travaux de construction quand il est censé le faire ?

La date de début de la plupart des contrats de construction de maisons dépend d’un certain nombre de conditions préalables (plans, approbation du conseil municipal, etc.). Une fois ces conditions préalables remplies, le constructeur doit commencer au plus tard à la date précisée dans le contrat ou, dans certains cas, à la date convenue par les parties.

Si le constructeur ne commence pas les travaux, il y a un risque de rupture du contrat et vous devriez consulter les options qui s’offrent à vous en cas de rupture du contrat.

Vous devriez toujours écrire  à votre constructeur et demander une réponse écrite. Dans tous les cas, vous devriez consulter un avocat indépendant avant de prendre des mesures afin de ne pas répudier le contrat.

Le constructeur peut-il augmenter le prix du contrat ?

La plupart des contrats comportent des provisions pour variation, des coûts de revient et des postes de montants provisoires. Lorsqu’une situation qui n’est pas la faute du constructeur survient, ce dernier a le droit, dans la plupart des cas, d’augmenter le prix de la maison. Toutefois, il peut exister certaines lois qui limitent les circonstances et le montant par lesquels un constructeur peut augmenter le prix.

De plus, dans tous les cas, le constructeur doit suivre la procédure de modification prévue au contrat.

Enfin, les sommes provisionnelles et les coûts de revient peuvent augmenter le prix du contrat (sans variation) lorsque le propriétaire choisit des produits et services dont le coût est supérieur aux indemnités prévues au contrat.

Que couvre la garantie du parfait achèvement ?

La garantie du parfait achèvement peut varier considérablement selon les pays. Toutefois, en règle générale, elle est considérée comme une « assurance de dernier recours » et ne couvre que les situations où le constructeur abandonne les travaux pour cause de décès, de faillite ou de blessure. Dans certains cas, l’assurance couvre le propriétaire contre les défauts majeurs de l’ouvrage pour une période de six ans et six mois.

La garantie de parfait achèvement ne doit pas être confondue avec l’assurance de travaux contractuels et l’assurance responsabilité civile, qui est parfois appelée assurance tous risques des constructeurs. Cette assurance couvre l’incendie, les dommages, le vol et les blessures pendant la période de travaux, lorsque le constructeur est en possession du chantier de construction.

A quoi sert la clause de règlement des différends et comment puis-je m’en prévaloir ?

La plupart des contrats de construction de maisons prévoient une procédure de règlement des différends. Dans certains cas, les parties n’ont pas le choix et sont renvoyées devant un tribunal. Lorsque les clauses de règlement des différends sont permises, les parties disposent d’un certain nombre d’options parmi lesquelles elles peuvent choisir pour régler leur différend.

Quand le constructeur peut-il apporter une modification au contrat ?

La plupart des contrats permettent au propriétaire et au constructeur d’apporter les modifications demandées. Le contrat prévoit un processus permettant à chaque partie de demander une modification. Lorsqu’une partie peut ne pas s’entendre et contester une modification, les parties sont renvoyées à la procédure de règlement des différends prévue au contrat.

Les parties peuvent parfois être obligées de signer une modification avant de procéder. Cependant, cela n’est pas toujours possible lors d’un processus de construction critique et le contrat permet de faire face à cette situation.

N’oubliez pas que les sommes provisoires et les coûts de revient ne sont généralement pas définis comme des variations et que le montant du contrat est ajusté sans qu’une modification soit nécessaire. Le contrat énonce habituellement l’exigence de paiement des modifications. Dans certains cas, la présentation d’une demande de modification est autorisée dès le début des travaux, mais il n’est pas inhabituel d’être facturé, soit à l’étape suivante du paiement progressif, soit à la fin du contrat.

Quand puis-je demander une modification au contrat ?

Une modification peut être demandée à tout moment au cours du contrat et les parties doivent se référer à la clause de modification du contrat. En général, lorsque vous demandez une modification, le constructeur a le choix d’accepter ou de refuser d’effectuer la modification.

Qu’est-ce que le coût de revient de base ?

Le coût de revient de base est une estimation raisonnable et convenue des matériaux (agencements et accessoires) que vous n’avez peut-être pas choisis au moment de la conclusion du contrat. Habituellement, ces coûts sont des éléments ponctuels, mais ils peuvent se rapporter à un grand nombre d’éléments lorsque le coût de la main-d’œuvre reste constant. Il peut s’agir, par exemple, d’articles de cuisine et de salle de bains.

Que sont les postes de la somme provisoire ?

Une somme provisoire est une estimation raisonnable des matériaux et de la main-d’œuvre d’une partie particulière de la maison pour laquelle le constructeur ne peut donner un prix définitif. La raison étant que le propriétaire n’avait pas décidé ce à quoi il voulait au moment de la conclusion du contrat. La piscine et l’aménagement paysager en sont des exemples.

Le constructeur doit-il fournir des preuves de l’augmentation du coût initial et de la somme provisoire ?

Le constructeur est tenu de quantifier la valeur supplémentaire si le propriétaire en fait la demande. C’est-à-dire, pour prouver le coût d’un élément de coût de revient ou d’un élément de somme provisoire lors de la demande de paiement pour cet élément.

Si je conclus une entente préliminaire, dois-je signer un contrat avec le constructeur ?

Non, vous n’avez pas besoin de signer un contrat de construction. Un contrat préliminaire est un contrat distinct signé par vous et le constructeur pour effectuer les travaux préliminaires. Le type de travail est habituellement défini dans l’entente et peut comprendre des éléments comme les analyses du sol, la préparation du plan, l’ingénierie, la conception des fondations et l’étude du site.

Bien que vous puissiez avoir un contrat pour que le constructeur effectue les travaux préliminaires, il se peut que vous n’ayez pas le droit d’utiliser les plans avec un autre constructeur pour des raisons de droit d’auteur. Si vous décidez de construire avec un autre constructeur, vous devrez peut-être acheter ce droit d’auteur pour continuer.

Certains accords préliminaires accordent un rabais au propriétaire s’il fait appel à ce constructeur.

Le constructeur peut-il réclamer des intérêts sur les paiements en retard ?

Oui, la plupart des contrats donnent au constructeur le droit de facturer des intérêts de retard au même titre que pour toute autre transaction commerciale. Le contrat fera référence à la clause relative aux intérêts moratoires. En règle générale, vous devez payer au constructeur des intérêts de retard sur tout montant impayé s’il est effectué après la date de paiement prévue au contrat.

Que se passe-t-il si je constate des défauts après l’achèvement pratique ?

La période de responsabilité pour vice du contrat est différente de la période légale de garantie pour vice.

Le contrat établira la période de responsabilité du constructeur en cas de défaut, qui peut varier de trois à six mois à compter de la date d’achèvement pratique.

Il peut arriver que les autorités compétentes exigent que le constructeur corrige les défauts majeurs pendant une période de six à dix ans et qu’il ait une garantie ou une assurance légale contre les défauts pour protéger les consommateurs. Lorsque l’assurance garantie ne couvre pas les défauts majeurs, les propriétaires peuvent devoir faire valoir leurs droits légaux devant le tribunal ou la cour de l’immeuble désigné.

Certains contrats définissent ces périodes de garantie dans le contrat. Il est important de se rappeler que l’usure normale, les défectuosités couvertes par les garanties de leurs propres fabricants, comme les poêles et les articles nécessitant un entretien normal de temps à autre, ne sont pas des défauts que le constructeur est responsable de réparer.